Me and Gerda are both Dead like you - Split w/ Gerda

by Dead like me

supported by
/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

  • Record/Vinyl + Digital Album

    Split whith Gerda.

    Split + demo 10 euros Frais de port inclus/ free shipping

    Includes unlimited streaming of Me and Gerda are both Dead like you - Split w/ Gerda via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 7 days

      €6 EUR or more 

     

1.
2.
3.

about

Co-release w/ Prototype Records, Swarm of Nails, The Left Hand Records, Not A Pub, Shove Records, Wallace Records.

credits

released June 26, 2012

tags

license

all rights reserved

about

Deadlikeme Pau, France

Formed in 2010, Dead Like Me is combining the heritage of chaotic hardcore and noise from 90’s with sludge and post-hardcore influences.

contact / help

Contact Deadlikeme

Streaming and
Download help

Track Name: Le fils du pire des prédateurs - Clair
Des souvenirs me reviennent, de faste, d'opulence, de netteté extrême, des perceptions de perfection du monde.
J'ai ri donc j'ai vécu, j'ai même pu être heureux.
Il n'y a plus rien ici.
Et me reste les miettes de tant de profits.
Je suis le fils, le fils du pire des prédateurs.
Je gratte la surface de dégénérescence, profondément encré.
Je n'ai plus rien à gagner.
Track Name: Le fils du pire des prédateurs - Obscur
La nuit sous la lune pleine, le sang paraît si noir,
je marche sur les déchets de tant de moments,
j'arpente les rues à la recherche d'un reste de pouvoir.
Étant l'enfant de tant de souvenirs, j'ai déjà vu ce qu'il faut faire pour en avoir, pour en avoir.
Track Name: Chien de nuit
Et cette peau qui glisse comme un drap aux coutures déchirées.
J'expose ma gangrène, j'traîne ma patte puante.
L'odeur froide d'bois brûlé m'effraie quand la vue de silhouettes m'engourdit.

Dans ces putains de chenils ruraux comme des décharges à ciel ouvert, j'traîne la nuit fuyante mes velours craquelés, cherche à bouffer des organes odorants.
J'ai plus rien des chiens, le jour en laisse au parc.
Et si un éclair ne vient, s'assombrissent les charognes.
Ces yeux de pus sont pleins sur la route de ma faim, sur la route de ma fin.
Ces bouches ne disent plus rien, mais transpirent l'eau usée.